Les historiens contre la Commune

Les Historiens contre la Commune

Sur le 150e anniversaire et la nouvelle historiographie de la Commune de Paris

  Le 150ème anniversaire de la Commune de Paris, célébré en 2021, a marqué le triomphe d’un nouveau paradigme historiographique niant tout contenu de classe à l’événement. Dans le sillage de l’historien britannique Robert Tombs, promu « spécialiste de référence », et au nom d’une histoire « scientifique », enfin affranchie des « passions politiques » et des « lectures idéologiques », les nouveaux historiens s’attachent en effet à « libérer » la Commune des « mythes marxistes » qui auraient prévalu au 20e siècle.

Tout cela passe par une négation de la plupart des thèmes abordés par les historiens précédents, tel Jacques Rougerie, dans le sillage de Prosper-Olivier Lissagaray : les actions menées par les communards n’étaient pas si importantes, les femmes n’y ont joué aucun rôle particulier, Thiers n’était pas un boucher, ou alors malgré lui, les communards n’étaient pas communistes, Marx n’était pas vraiment partisan de la Commune, etc., parmi de nombreux exemples d’affirmations excessives et visant à intégrer la Commune dans la « roman national » cher aux présidents de la république.

Ce livre réfute les principales assertions de cette nouvelle historiographie et montre que cette révision historique est marquée par des parti-pris idéologiques évidents correspondant à des intérêts sociaux non moins évidents.

Nombre de pages:

Date de parution:

ISBN:

Prix : 

Catégorie :
Partager cette page :

Lire un extrait